Le déroulement d’une formation auxiliaire ambulancier

Actualités

Avant toute chose, tout nouveau apprenant à cette formation, doit maîtriser principalement les gestes d’hygiène, la déontologie, les gestes de manutention. Il est également censé de reconnaître les règles du transport sanitaire, spécifiquement indispensables pour l’exercice de ce métier d’auxiliaire ambulancier.

2186752_formation_auxiliaire_ambulancier.jpg

Acceder à votre formation intégralement finançable par le CPF

Grâce au CPF, vous pouvez bénéficier d’une allocation en euros pour la dépenser dans une formation professionnelle certifiante 100% GRATUITE !.

Inscription rapide

(Gratuit et sans engagement)


En soumettant ce formulaire, vous acceptez d’être recontacté pour votre formation 100% gratuite.

Une formation spécialisée

Normalement, ce type de formation doit se dérouler dans des instituts spécifiques de formation d’ambulanciers. Deux types de formation se présentent : la formation théorique et la formation pratique.

Au terme de ces deux formations, toute personne qui aurait suivi intégralement les enseignements, se verra remettre :

  • Un diplôme d’Etat avec une attestation de formation d’auxiliaire d’ambulancier,
  • une attestation de Formation aux Gestes et Soins d’Urgence de niveau 2 (AFGSU)

 

Conditions d’une formation auxiliaire ambulancier

Deux points conditionnement le suivi d’une formation d’auxiliaire ambulancier devront être respecté, à savoir : 

  • Avoir une aptitude de conduire un véhicule et disposer d’un permis de conduire, Catégorie B datant de trois ans au moins ou avec deux ans en conduite accompagnée.
  • Avoir une attestation préfectorale d’aptitude de Formation aux Gestes et Soins d’Urgence (AFGSU), de niveau 1 ou d’une formation équivalente reconnue par le ministère de la Santé, pour pouvoir exercer le métier d’auxiliaire ambulancier et par conséquent, le transport de malades

Le financement de cette formation

Il est possible de recourir à plusieurs dispositifs permettant une prise en charge du financement de la formation. La situation de l’apprenant au moment de la soumission de la demande fait refléter certaines conditions.

Il faudra noter que le congé individuel de formation peut être utilisé pour une formation auxiliaire ambulancier.

Le financement de la formation à travers le CPF

Le Compte Personnel de Formation représente un dispositif financier mis en place par l’Etat français depuis le 1er janvier 2015. Les droits acquis en heure sur le DIF ont été transférés sur le CPF par la suite. Le processus permet à tout travailleur salarié ou demandeur d’emploi, de se former professionnellement à son initiative.

Le cumul des crédits annuels peut être gardé sur le compte CPF de tout travailleur tout au long de sa carrière et jusqu’à son départ à la retraite. Néanmoins, ce cumul sera limité à un plafond de 150 heures de formations sur huit ans.

L’alimentation de compte de chaque travailleur ayant exercé un temps annuel complet se fait comme suit :

  • de 24 heures par an pour les cinq premières années, soit 120h au total;
  • puis de 12 heures par an pendant les trois ans consécutifs, pour atteindre le plafond maximal de 150h.

Ces dispositifs sont également accessibles pour les demandeurs d’emploi.

Le CPF de transition professionnelle

Le CPF ou le CIF auparavant, est un dispositif destiné à permettre aux travailleurs de suivre une formation professionnelle pour une reconversion de métier. Cette démarche n’est pas obligatoire mais peut être accordée par l’employeur. Ce dernier peut continuer à recevoir sa rémunération pendant toute la durée de la formation.

Il faudrait rappeler que le PDC est un système qui oblige un salarié à suivre une formation conforme avec le domaine d’activité suivie par le salarié. Quant au Compte Personnel de Formation de transition professionnelle, le système s’affiche pour un domaine de formation différent de celui que le travailleur exerce.

Pro – A (Reconversion ou promotion par l’alternance)

Ce dispositif de financement est destiné pour les salariés aux qualifications insuffisantes par rapport aux demandes sur le marché du travail. Il permettra de favoriser leur évolution ou configurera comme une promotion professionnelle et leur maintien dans l’emploi.

Le système peut être appliqué à l’initiative de l’employé ou de l’employeur pour favoriser une évolution dans le domaine de capacité. Ce principe peut également s’agir d’une volonté de changement de métier ou d’une évolution de compétences. La reconversion ou la promotion par alternance est un principe qui se rapporte en complément des avantages du PDC et/ou du CPF.

Le Conseil en Evolution Professionnelle (CEP)

Tout salarié peut viser une création d’entreprises qu’il soit toujours en activité ou en recherche d’emploi. Il est ainsi possible de bénéficier du Conseil en évolution professionnelle (CEP) pour y arriver. Parmi tant d’avantages, l’objectif du CEP est d’arriver à favoriser l’évolution et la sécurisation de tout parcours professionnel.

L’aide proposée avec le CEP concerne également les demandeurs d’emploi inscrits auprès de Pôle Emploi.

Pour information, Il s’agit d’un dispositif d’accompagnement gratuit et personnalisé, réalisé par des professionnels en toute confidentialité, dans des structures désignées comme opérateurs du CEP.