L’accélération des transformations par les organismes de formation

Actualités

La formation professionnelle est définie comme le principal atout de l’économie française par rapport aux transformations enregistrées par la société elle-même. Depuis plusieurs années, les Instituts de formation ont connu une révolution silencieuse et la décision de permettre aux apprenants de noter leur formateur devrait relancer cette révolution.

9351992_org.jpg

Acceder à votre formation intégralement financée par le CPF

Grâce au CPF, vous pouvez bénéficier d’une allocation en euros pour la dépenser dans une formation professionnelle certifiante 100% GRATUITE !.

Inscription rapide

(Gratuit et sans engagement)


En soumettant ce formulaire, vous acceptez d’être recontacté pour votre formation 100% gratuite.

Un changement sur l'économie et le marché du travail

En France, la crise sanitaire a fait évoluer le statut des organismes de formation professionnelle continue, malgré le fait que ces organismes ont déjà travaillé bien longtemps avant. En un sens, il faudra comprendre que la transformation du marché de travail a amené cette évolution. Les carrières professionnelles se présentent moins aujourd’hui qu’auparavant. A titre d’exemple, et selon les statistiques du ministère de Travail en France, un jeune salarié actif commençant son parcours professionnel devrait en moyenne exercer neuf métiers différents au cours de sa carrière. En bref, une mobilité professionnelle plus importante nécessite l’acquisition de nouvelles compétences tout au long de son expérience professionnelle.

Il est également nécessaire de mentionner les deux grandes mutations de l’économie française. La digitalisation a considérablement inondé le marché du travail avec un rythme élevé depuis la crise sanitaire dans le monde.

Découlant de ces faits, la mobilisation des droits CPF pour disposer des compétences numériques et informatiques a attiré de nombreux salariés. Par la même occasion, les entreprises recherchent l’optimisation de la productivité de leurs travailleurs en s’y intéressant également.

Avec la transition écologique, de nouveaux besoins ont commencé à apparaître et dépassant en même temps les métiers supprimés par la crise sanitaire.

La France a anticipé les problèmes du travail avec la loi donnant la liberté à chacun de choisir son avenir professionnel avec la monétarisation du CPF, le renforcement du CPF de transition et l’orientation des politiques en matière de formation professionnelle.

La mobilisation des droits CPF pour sécuriser les parcours professionnels

Actuellement, tout salarié actif peut librement accepter et suivre le plan de formation élaboré par son entreprise, à travers le plan de développement des compétences. Il est ainsi libre de décider sur  la sécurisation de son parcours professionnel en adoptant une ou plusieurs formations éligibles au CPF. Néanmoins, il pourra également s’engager pour un projet de reconversion professionnel de son métier avec le CPF de transition.

 Devant ces multiples défis posés par les salariés et les entreprises, les organismes de formation ont abordé de nouvelles stratégies comme suit :

  1. Procéder à l’identification des compétences numériques. Une formation en numérique sera offerte aux salariés pour le renforcement de leur employabilité. Normalement, les compétences en digitalisation évoluent rapidement au même rythme que le développement des innovations de la haute technologie. L’objectif de la formation professionnelle devra répondre aux attentes et besoins des acteurs économiques mais, devra également s’adapter au niveau de tous les candidats à la formation.
  2. Les centres de formation auront à déployer une agilité et flexibilité pour s’adapter rapidement aux nouveaux besoins. La nécessité de se former au développement de la formation n’est pas identique à celles qui ont été demandées auparavant. L’attitude des formateurs devra être caractérisée par une expertise dans le domaine demandé par les  sessions de formation continue.

           Les formateurs doivent s’aligner sur le fait qu’ils devront s’adapter aux conditions de la crise sanitaire et privilégier par tous les moyens possibles, l’e-Learning et             le Blended Learning pour surmonter les contraintes imposées par le confinement.

       3. Répondre à la demande d’efficacité et de lisibilité des apprenants. Avec les avancées technologiques, une formation continue peut se confirmer rapidement. Le site dédié au CPF permet à tout le monde de vérifier les innombrables offres de formation proposées par de nombreux formateurs. Toutefois, ces derniers doivent confronter la concurrence entre les organismes de formation et ils sont acculés à apporter plus d’originalité pour être efficaces.

       4. Quand les apprenants poussent les organismes de formation à plus de qualité !

Les organismes de formation ont vécu une véritable révolution silencieuse depuis quelques années. Malgré tout, la formation professionnelle continue son chemin. Quand les droits du CPF ont été monétarisés en Euros, de nouveaux acteurs se sont multipliés dans le domaine de la formation, sans compter les professionnels indélicats.

Pour lutter contre les fraudes et les arnaques et simplifier par la même occasion le choix de formation, désormais les apprenants peuvent évaluer l’organisme de formation avec un système d’étoiles.

Les résultats acquis avec ce principe ont permis de constater la disponibilité de 100.000 évaluations correspondant à 9.000 organismes. Des mesures draconiennes ont été prises pour sécuriser cette notation que les apprenants pourront attribuer en fonction de 5 critères :

  • La qualité de l’accueil de l’organisme,
  • La qualité du contenu,
  • Le niveau de l’équipe de la formation,
  • Les moyens matériels
  • Les moyens pédagogiques mis à disposition et l’accompagnement.

 Cette évolution permettra aux organismes de formation de renforcer leur stratégie et offre de formation en considérant cette exigence de qualité.